Commune de Djidja : A l’Epp Tannouho, une plantation d’anacarde pour soutenir le bon fonctionnement de la cantine

L’initiative gouvernementale des cantines scolaires est fortement soutenue dans l’Ecole primaire publique de Tannouho, dans la commune de Djidja. Dans cet établissement scolaire, une plantation d’anacarde est mise en appui, pour que les enfants mangent bien et régulièrement le repas chaud à midi.

Une plantation d’anacarde qui s’étend sur environ un demi-hectare. C’est, cette initiative qui appuie la cantine scolaire de l’Ecole primaire publique de Tannouho, dans la commune de Djidja. « Cette plantation d’anacarde est mise en place avant l’avènement des cantines. Ceci pour sécuriser le domaine de l’école. Les retombées étaient utilisées pour le fonctionnement de l’école sans attendre l’aide de l’Etat. A l’arrivée des cantines, l’école était confrontée à des petites difficultés. Les souscriptions de 25 F des enfants ne rentraient pas pour couvrir toutes les dépenses d’achat de condiments de poissons et autres. C’est de là, l’idée d’utiliser les sous de la plantation au profit de la cantine scolaire est venue  », raconte le Chef du village de Tannouho Joël Déguénon. « La cantine de notre école tire pas mal de profits de la plantation» » renchérit le Président de l’Association des Parents d’Elèves (APE) Assigbè Geoffroi Gangbè. Des explications, des deux parents d’élèves, la saison d’anacarde s’étend sur trois mois par an. Pendant cette période, les enfants mangent les fruits riches en vitamines et minéraux plus intéressants. Les noix d’acajou sont rassemblées pour être vendus au kilogramme. La vente varie de 15.000 à 30.000f selon les saisons. Les sous issus de la vente sont utilisés pour le fonctionnement de la cantine scolaire. L’autre avantage tiré, les troncs d’arbre servent de fagot de bois de chauffage pour la cuisine et à faire le charbon qui est vendu pour soutenir également la cantine. « C’est quand, on est dans les localités comme Tannouho, qu’on voit réellement les avantages du programme gouvernemental des cantines scolaires. A l’Epp Tannouho, quand les enfants ne trouvent pas à manger, même à deux jours des examens, ils abandonnent et préfèrent aller rester au champ avec leurs parents pour pouvoir manger. L’effectif de l’école chute vite quand ils n’ont pas à manger à midi», confie le Directeur de l’Ecole Anatole Nougbodé qui salue l’initiative du gouvernement et remercie la communauté de Tannouho pour son engagement dans le bon fonctionnement de la cantine scolaire de son école.

Victorin FASSINOU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *