Appui à la Cantine scolaire dans la commune de Klouékanmè : L’Epp Davihoué Ablomè a une unité d’élevage de plus de 50 têtes de lapins

L’initiative gouvernementale des cantines scolaires est fortement soutenue dans la commune de Klouékanmè. A l’Ecole primaire publique de l’Epp Davihoué Ablomè, la communauté ne se fait pas marchander son soutien au programme. Des initiatives telles que l’élevage de lapins et de poulets sont développées pour appuyer le programme gouvernemental des cantines scolaires.

La communauté de la commune de Klouékanmè est bien consciente des avantages du Programme national d’alimentation scolaire intégré (PNASI). Elle est déterminée à rendre pérenne ce programme pour le bien de l’école béninoise. Dans cette localité, des initiatives sont développées par ci et par là pour soutenir ce programme. Les bonnes pratiques sont notées au niveau du complexe scolaire de Davihoué Ablomè en matière du succès de la mise en œuvre du programme des cantines scolaires. Dans cet établissement scolaire, l’engagement communautaire a fait bénéficier au programme, une unité d’élevage de plus de 50 lapins. Dans ce complexe scolaire, un vaste champ de maïs et autres est développé. Dans le jardin de l’école se trouve, les tomates et les piments et une variété de légumes, qui viennent régulièrement en accompagnent au repas des enfants. Le complexe scolaire de Davihoué Ablomè a une unité d’élevage de lapins. En quelques mois seulement, l’unité compte plus de 50 têtes de lapins. « Au cours de l’année scolaire 2023-2024, 15 lapins ont été vendus à 45.000F. Ces sous ont été utilisés pour le fonctionnement de la cantine du complexe scolaire. », explique le magasinier et gardien Josué Hounsi. Pour la Directrice du groupe A Mme Yvette Dakè, les parents d’élèves du complexe scolaire de Davihoué Ablomè sont très préoccupés du bon fonctionnement de la cantine scolaire. Raison pour laquelle, ils ont retenu plusieurs le champ, le jardin, l’élevage et autres pour soutenir les vivres envoyés par le Gouvernement et le Pam. « Nos apports, c’est pour faire évoluer le programme et qu’il profite à nos enfants pour le bien du village », ajoute M. Hounsi. « La pérennisation du programme est au cœur de toutes les réflexions qui se font au sein du comité de gestion et la communauté », confie le Directeur du Groupe B Martin Tognidro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *